• en
  • fr

Joey Alexander

Biographie
Joey Alexander

La vie de Joey Alexander a connu en à peine 5 ans un véritable tournant , une période de tourbillon pendant laquelle il est devenu le talent le plus précoce de l’histoire du jazz – en tête d’affiche des plus grands festivals et de salle de concert de renom ; le plus jeune musicien nominé pour un Grammy Award dans une catégorie jazz ; et un chouchou des médias qui lui a valu d’être en première page du New York Times et d’autres couvertures de premier ordre.

Comme on peut l’entendre sur WARNA, son 1er album pour le label Verve Records, il est tout simplement devenu l’un des pianistes-compositeurs les plus expressifs et les plus passionnants dans le domaine du jazz. La précocité de Joey Alexander peut encore étonner les amateurs de concerts, mais sa musique, qui comprend des œuvres originales et des interprétations personnalisées de grandes chansons, démontre qu’il a déjà tout d’un grand.

WARNA (qui se traduit par  » couleur  » dans la langue maternelle de Joey Alexander, le bahasa) fait suite à 4 albums pour le label Motéma Music qui ont valu au pianiste 3 nominations aux Grammy et les honneurs de DownBeat et de JazzTimes. Mais alors que ces enregistrements étaient des ceux d’un jeune musicien extraordinaire en développement, WARNA est avant tout un recueil de musique nouvelle, réfléchie et émouvante, par un musicien expérimenté et confiant.

Aujourd’hui, bien au-delà du cercle des  » prodiges du jazz « , Joey Alexander canalise ce qu’il voit, entend et ressent tout au long de sa vie et le traduit par son étonnant don mélodique et son aptitude naturelle à la collaboration spontanée. Alexander est accompagné dans ce voyage par un groupe de musiciens qui, comme le leader, représentent le meilleur de leurs générations. Un trio avec le bassiste Larry dont la relation avec Alexander remonte aux débuts du pianiste, et Kendrick Scott, un batteur extrêmement dynamique qui enregistre lui-même pour le label Blue Note. Sur certains morceaux, les échanges sont portés plus haut encore par Luisito Quintero, un maître de la percussion d’origine vénézuélienne qui a collaboré avec des géants tels que Tito Puente, Herbie Hancock, Jack DeJohnette et Eddie Palmieri, et la flûtiste Anne Drummond. Les titres  » Mosaïque (de la beauté)  » et  » Notre histoire  » témoignent des joies partagées de la création musicale. Alexander a trouvé l’inspiration pour  » Lonely Streets « , un hommage aux coins oubliés et aux petites villes tranquilles de l’Amérique, lors d’un voyage entre un concert dans le nord de l’État de New York et sa maison à Manhattan. Les morceaux « Downtime » et « We Here » ont été écrits pour honorer ces moments spéciaux qui se produisent en dehors de la scène de concert, en explorant de nouvelles villes ou simplement en traînant avec sa famille et ses amis…

Joey met en avant sa foi profonde avec quelques titres inspirés par la spiritualité. « Tis Our Prayer » est enraciné dans le rituel d’avant performance auquel participe Alexander avec ses compagnons de groupe, une prière d’offrande de remerciement pour l’opportunité de partager la musique avec le public.

« Je voulais partager avec les gens mon travail original basé sur mes expériences sur la route et sur scène avec différents musiciens, et les conversations musicales. »