Biographie

Après avoir remporté son deuxième GRAMMY Award (et sa 14e nomination) en mars 2021, le chanteur protéiforme Kurt Elling prend un virage à gauche inattendu avec SuperBlue pour Edition Records. Il s’agit d’un torrent de funk rugueux, de rythmes indélébiles et de paroles trop actuelles, qui bénéficie des talents du producteur-guitariste Charlie Hunter et de deux stars de la génération hip-hop : le batteur Corey Fonville et le bassiste-claviériste DJ Harrison (tous deux du groupe Butcher Brown, qui change de genre). Elling a toujours été un maître des grooves, allant du bebop à la pop pure et du jazz progressif à la néo-soul, mais il n’a jamais rempli un album de grooves comme celui-ci.

Grâce aux nouvelles mélodies et aux nouveaux textes d’Elling, ainsi qu’aux grooves frais de Hunter & co., SuperBlue propose de toutes nouvelles chansons, des reprises innovantes de compositions des grands noms du jazz que sont Wayne Shorter et Freddie Hubbard, ainsi qu’un traitement brut et dépouillé de « The Seed », un riff toujours dynamique sur l’immortalité écrit par Cody Chestnutt il y a plusieurs décennies. Il y a même une nouvelle version fracassante d’un morceau de Tom Waits.

Elling n’a jamais fait un album comme celui-ci – et il n’a jamais fait d’album de la manière dont SuperBlue a pris forme. À ce jour, il n’a toujours pas rencontré les membres de Butcher Brown en personne : les déplacements étant limités par la pandémie de COVID-19, leur collaboration s’est faite sur une distance d’environ 1 000 miles, Hunter faisant office d’intermédiaire. Dans leur studio de Virginie, Fonville et Harrison ont rencontré Hunter pour élaborer un assortiment de grooves et de couleurs ; chez lui, à Chicago, Elling a pris les pistes rythmiques et a déterminé si elles nécessitaient de nouveaux récits mélodiques ou si elles convenaient mieux aux compositions existantes. Une fois le travail de base terminé, Elling et Hunter se sont retrouvés dans une grange à chevaux aménagée à Urbana, dans l’Illinois, où ils ont enregistré les pistes de voix et de guitare solo et ont mixé le tout.

Pour autant, Fonville considère que c’est « l’une des sessions les plus organiques » qu’il ait jamais faite, avec un manque surprenant de tracas ou d’agitation. « Les graines ont été plantées il y a un certain temps », dit Elling, « et puis la pandémie nous a coincés, Charlie et moi, à la maison. Le temps passé à l’intérieur a été la serre où quelque chose de nouveau a pu pousser. Finalement, les graines ont éclaté et ont donné naissance à cette folle et étrange fleur de COVID. »

Lire davantage
Le processus d’écriture a donné à Elling l’occasion de revenir à plusieurs de ses passions désormais familières, comme la Beat Generation, la politique actuelle et l’interpolation de poésie contemplative dans des ballades déjà transcendantes. Mais même ces pierres de touche vibrent de l’énergie fraîche de la fusion jazz-funk contemporaine.

En parlant de Fonville et Harrison, Elling est reconnaissant. « Le fait que ces jeunes surdoués m’accordent leur confiance, qu’ils vibrent avec moi et soient si enthousiastes à l’égard de ce projet est un grand compliment. C’est vivifiant et même rajeunissant au sens propre du terme. Je n’ai pas prêté autant d’attention au groove que les jeunes ont développé, sauf de manière superficielle – pas parce que je n’aime pas ça, mais parce que je me suis concentré pendant si longtemps sur l’apprentissage avec des gars comme Prez, Wayne et Dexter Gordon. J’ai l’impression de ressembler à Joe Square-Britches quand j’arrive dans ce domaine. »

Les musiciens de Butcher Brown sont loin de considérer Elling, largement acclamé comme le plus grand vocaliste masculin du jazz. « J’aime la musique de Kurt depuis le lycée », déclare Fonville, 30 ans, qui a coproduit l’album. « Je veux dire, c’est une légende à ce stade. Je le connaissais évidemment plus en tant que chanteur straight-ahead, mais je sentais qu’il se sentirait chez lui avec nous – en partie parce que notre musique est tellement ancrée dans le blues et que Kurt a déjà beaucoup de blues dans sa musique. Et j’étais super heureux du fait qu’il nous ait fait suffisamment confiance pour vraiment orienter les choses dans cette direction. »

Elling a également fait confiance à l’expertise de Charlie Hunter en matière de production pour faire le lien entre les mondes d’Elling et de Butcher Brown ; en fait, avec sa crédibilité inattaquable dans les camps du jazz et du groove, Hunter est peut-être le seul musicien qui aurait pu le faire. « Entre les disques qu’il a faits avec des gars comme D’Angelo, John Mayer et A Tribe Called Quest, Charlie est un gars connu dans ce monde, tout comme il a le respect des gens du jazz », dit Elling, qui a rencontré Hunter pour la première fois lorsque tous deux étaient signés sur Blue Note Records à la fin des années 1990. Ils ont tout de suite sympathisé, ce qui a permis à Elling de participer à l’album Songs From the Analog Playground de Hunter. Plus récemment, pendant la fermeture de la pandémie, ils ont travaillé sur des vidéos très funky pour le webcast hebdomadaire qu’Elling a animé en 2020.

Comme l’explique Hunter, « Nous avons tous les deux pensé que faire ces vidéos était très amusant, et quand Kurt a décidé qu’il voulait faire un disque entier comme ça, il m’a demandé de le produire. Nous avons échangé quelques idées, puis j’ai proposé Butcher Brown, car ces gars ont une grande communauté et un grand son collectif. » Hunter n’avait initialement pas prévu d’apporter ses guitares aux sessions, mais Elling a insisté pour qu’il joue sur la date ainsi que pour produire. Hunter a cédé avec plaisir. « C’était génial de travailler avec Corey et DJ », dit-il maintenant – surtout parce que le projet ne nécessitait pas de longs solos de guitare. « Je suis beaucoup plus heureux quand je me contente de groover et de m’étendre dans la coupe, vous savez ? ».

Sur SuperBlue, ces grooves sont généreux et abondants, et le mixage est phat et vibrant, créant des tremplins pour certains des morceaux les plus vivants de la carrière d’Elling. Le nouveau terrain de jeu rythmique met en valeur les prouesses vocales d’Elling, toujours en pleine expansion. Les arrangements étendent la gamme déjà remarquable du chanteur et renforcent son rôle de conteur doué, capable de manier aussi bien l’humour hipster que le pathos bouleversant.

Pour le premier, allez directement à « Can’t Make It With Your Brain », une lance hilarante au cœur de la désinformation conspirationniste, enveloppée dans un scénario de club de danse. Pour le second, il y a sa reprise de la composition de Carla Bley « Endless Lawns », qui figurait précédemment sur son album The Questions, et qui porte un texte d’Elling à couper le souffle, mis en valeur par un poème de Judith Minty qui clarifie la beauté éthérée de la chanson.

Les paroles sinueuses d’Elling se combinent à la production psychédélique pour faire de Super Blue, le joyau de fusion de Freddie Hubbard de la fin des années 70, le dernier ajout à sa galerie de portraits de classiques du jazz. Sur « Sassy », le groupe rafraîchit les rythmes de danse que le Manhattan Transfer avait utilisés dans son hommage à Sarah Vaughan en 1991. Puis Elling change de vitesse sur « Where to Find It », transformant l’extatique « Aung San Suu Kyi » de Wayne Shorter en une méditation bouddhiste, avec l’aide du poème obsédant « Animal Languages » de Charles Twichell.

Parmi les originaux, Elling honore le centenaire de Jack Kerouac – avec des apartés à David Amram et Mose Allison – sur Dharma Bums, une vision affectueuse de On the Road qui se heurte de plein fouet à Circus, un poème en prose de Tom Waits, descendant direct des Beats. Waits a enregistré ce récit décalé sur une musique sinistre de big-top ; Elling l’entonne sur un groove funk slam-dance qui fait passer le morceau d’une couverture de livre de poche des années 50 à un panneau de néon d’Ed Paschke. Et « Manic Panic Epiphanic » élève l’esprit avec un message d’espoir – des harmonies de fausset du livre des Bee Gees – à un moment où le monde en a le plus besoin.

Les éloges universels d’Elling ne mentionnent pas toujours sa recherche incessante, tout au long de sa carrière, de nouvelles perspectives. Il a enregistré un album de chansons d’amour internationales (Passion World) et a transformé la tradition de Noël (The Beautiful Day) ; il a écrit des paroles pour des classiques du jazz, s’est imposé dans le rock-n-roll des années 1960-70 (on 1619 Broadway) et a conclu un partenariat galvanique, sur disque et en tournée, avec le quartet de Branford Marsalis. Il a obtenu son premier GRAMMY pour avoir mis à jour la collaboration historique entre John Coltrane et Johnny Hartman (Dedicated to You), et sa plus récente statuette pour Secrets Make the Best Stories, son projet d’inspiration latine avec le géant du piano moderne Danilo Perez.

Avec SuperBlue, Elling continue sur la voie de la collaboration audacieuse – dans les limites d’un huis clos mondial – pour tracer une nouvelle direction saisissante, dans un projet qui ne manquera pas de gagner de nouveaux auditeurs et de tendre l’oreille de ses admirateurs dévoués.

Réduire

Agenda Concert

Jazz singers Kurt Elling

Disponibilité

  • SuperBlue : Kurt Elling featuring Charlie Hunter : Février et Eté 2022

Vidéo

Galerie