Kurt Rosenwinkel

Biographie
Kurt Rosenwinkel

Né à Philadelphie un 28 octobre 1970, le guitariste et pianiste Kurt Rosenwinkel étudie durant deux ans et demi au Berklee College of Music. Il quitte les bancs de l’école pour partir en tournée avec le professeur vibraphoniste et compositeur Gary Burton, alors doyen de l’école. Rosenwinkel déménage par la suite à Brooklyn, où il développe sa technique aux côtés de groupes comme Human Feel, Paul Motian’s Electric Bebop Band, Joe Henderson et Brian Blade Fellowship.  Sa carrière prend son envole dans les années 1990. Il quitte les Etats-Unis pour l’Europe en 2003, et s’installe à Berlin. Il se voit alors proposer une chaire de professeur au Jazz Institute, chaire qu’il occupera près de 9 ans. Retiré de l’enseignement depuis peu, il explique : « Après 12 ans passés à enseigner, j’ai réalisé qu’il était temps pour moi de prendre ma retraite. J’avais besoin de rejouer de  la musique, non plus de l’expliquer. J’ai créé mon propre label Heartcore Records, pour pouvoir collaborer avec le bassiste et compositeur Avishai Cohen (qui lui aussi a son label, Razdaz Recordz) »,  il poursuit : « Ce que je désire avant tout, c’est être libre de suivre mes intuitions et mes aspirations, et permettre à d’autres musiciens de faire la même chose. Caipi est la première concrétisation de ces principes. C’est comme créer une nouvelle communauté.

En presque 25 ans de carrière, Kurt a collaboré avec les musiciens les plus prolifiques de sa génération (Brad Mehldau, Brian Blade, Mark Turner, Joshua Redman, Chris Potter) mais également avec des figures du jazz comme Joe Henderson, Paul Motion et Gary Burton. Riche de toute une tradition jazz et profondément enracinée dans ce style,  la musique de Kurt Rosenwinkel prend appuie sur cet héritage vital et s’élève vers de nouvelles hauteurs, évoluant vers un langage musical totalement neuf et jamais atteint pas d’autres guitaristes.

Avec son nouvel album Caipi, première sortie sur le label Heartcore, le guitariste et compositeur établit un changement de direction radical. Kurt y joue la quasi-totalité des instruments (batterie, basse, piano, synthétiseur et percussions) et fait entendre sa voix sur de nombreux titres. Il aura fallu 10 ans de préparation à Kurt Rosenwinkel pour nous délivrer son œuvre de loin la plus personnelle à ce jour. Le rock et le jazz coexistent en bonne entente au sein de cet album, dont on reconnait les caractéristiques du style personnel de Kurt. Ce-dernier laisse généreusement se déployer la musique brésilienne dans ses aspects les plus récents, en particulier les chansons d’amour brésiliennes. D’une certaine manière, ce processus symbolise l’inclination naturelle de Kurt à créer des mélodies dont l’impact émotionnel est considérable. Une démarche qui caractérise toutes ses créations et constitue la pierre angulaire d’une vision artistique  résolument romantique.