Biographie

Dave Holland est un bassiste, compositeur et chef d’orchestre dont la passion pour l’expression musicale de tous les styles et le dévouement à la création d’ensembles musicaux toujours innovants ont propulsé une carrière professionnelle de plus de 50 ans et lui ont valu les plus grands honneurs dans son domaine, notamment plusieurs Grammy Awards et le titre de NEA Jazz Master en 2017.

Holland est une référence en matière de basse acoustique et électrique, ayant grandi à une époque où les genres musicaux – jazz, rock, funk, avant-garde, folk, musique électronique et autres – se mélangeaient librement pour créer de nouvelles voies musicales. Il a été l’un des principaux membres d’une génération qui a contribué à faire passer la basse jazz de son héritage swing et post-bop à l’effervescence et à l’excitation multidisciplinaire de l’ère moderne, en élargissant les capacités mélodiques et expressives de l’instrument. La technique virtuose et le sens rythmique de Holland, nourris par un respect ouvert d’un formidable éventail de styles et de sons, sont largement vénérés et restent très demandés. À ce jour, on peut entendre son jeu sur des centaines d’enregistrements, dont plus de trente en tant que leader sous son propre nom.

Holland s’est d’abord fait connaître au sein de groupes révolutionnaires dirigés par des légendes telles que Miles Davis, Stan Getz, Sam Rivers, Betty Carter et Anthony Braxton, ainsi qu’en collaborant avec des artistes tels que Chick Corea, Gary Burton, Jack DeJohnette et John McLaughlin. Holland s’acquitte d’un passé aussi enviable avec peu de fanfare et une extrême humilité ; pour lui, ce qui compte le plus, c’est le projet musical immédiat. Il est donc aujourd’hui plus célèbre pour les groupes qu’il continue de réunir, d’enregistrer et de jouer avec – des ensembles qui vont des duos et trios aux big bands, et qui comptent souvent des musiciens comme Steve Coleman, Robin et Kevin Eubanks, Jason Moran, Chris Potter, Eric Harland, parmi beaucoup d’autres qui étaient destinés à devenir des vedettes. La priorité constante qui relie tous les projets de Holland est un sens constant du défi – pour lui-même, ses collègues musiciens et ses auditeurs. Ses commentaires sur cette force motrice de sa carrière font office de credo personnel :

Lire davantage
« Mon point de vue sur la relation avec le public est qu’il ne faut pas sous-estimer sa capacité à entendre la musique. Vous voulez être aussi clair que possible dans votre déclaration musicale et ne pas être obscur en termes de ce que vous faites. En même temps, vous ne voulez pas faire de compromis sur vos ambitions créatives, car c’est la force motrice qui va développer la musique et la maintenir pertinente pour moi. En dehors du public, j’ai besoin de m’intéresser à ce que je fais et d’être stimulé par ce que je fais dans une situation stimulante qui va continuer à me permettre de grandir en tant que joueur et compositeur ».

Holland est né à Wolverhampton, au Royaume-Uni, en 1946, et avant même d’atteindre la puberté, il jouait du ukulélé puis de la guitare, étant tombé sous le charme de la musique skiffle comme la plupart des jeunes britanniques dans les années 1950 et au début des années 1960. Adolescent, il se tourne vers le bas de la gamme des instruments à cordes, un oncle fabriquant sa première « basse de caisse à thé » à partir des fines caisses en bois dans lesquelles le thé était expédié. La basse s’est avérée être l’instrument qui l’a détourné d’un destin ouvrier. À l’âge de 14 ans, il commence à jouer des airs de R&B, de rock et de pop pour des bals et dans des clubs avec des groupes locaux et des artistes américains de passage comme Roy Orbison, Chet Atkins et Johnnie Ray. À la fin de son adolescence, Holland commence à explorer une palette de plus en plus large de styles de jazz et il est clair que la musique est sa vocation.

La recherche de plus d’opportunités, d’expérience et d’éducation musicale avancée a conduit le jeune bassiste à quitter les Midlands pour aller travailler à Londres en 1964, où il a commencé à étudier avec James Edward Merrett, le bassiste principal du London Philharmonic. Un an plus tard, Merrett le recommande pour une bourse d’études à la Guildhall School of Music and Drama et Holland est sur la bonne voie.

Le milieu des années 60 est une époque passionnante pour le Londres « swinguant » : le Royaume-Uni se libère d’un déclin économique prolongé de l’après-guerre et un tourbillon d’idées culturelles nouvelles (surtout musicales) est dans l’air. Holland explore bientôt la musique classique et d’avant-garde plus avancée, ainsi que le travail des maîtres de la basse jazz, de Ray Brown, Leroy Vinegar et Charles Mingus à Scott LaFaro, Jimmy Garrison, Ron Carter et Gary Peacock. Il commence à se produire régulièrement avec des groupes dirigés par des leaders à la pointe de la scène jazz britannique : Tubby Hayes, Ronnie Scott, Chris McGregor, Evan Parker et John Surman.

Holland n’a que 19 ans lorsqu’il commence à se produire au club de jazz Ronnie Scott’s, dans le quartier de Soho, à Londres, en première partie de tournées de vétérans du jazz comme Ben Webster, Coleman Hawkins et Joe Henderson. C’est dans ce club que le célèbre trompettiste Miles Davis – qui était sur le point de passer d’une musique purement acoustique à une instrumentation plus électrique en 1968, avec des influences rock et funk – a entendu Holland pour la première fois. Miles Davis lui a demandé de prendre la place de bassiste dans son groupe, à une époque où des générations de musiciens et de fans de musique étaient intensément concentrés sur chaque étape franchie par le trompettiste.

Rejoindre le groupe semi-électrique révolutionnaire de Davis fut la catapulte qui propulsa la carrière de Holland sur la scène internationale. Sous le regard et l’écoute du monde entier, il participe à des albums qui ouvrent la voie à l’avenir – Filles De Kilimanjaro, In A Silent Way, Bitches Brew – et se produit dans des clubs de jazz et des festivals de rock, contribuant à jeter les bases de l’essor du jazz fusion, membre important d’une confrérie d’innovateurs adeptes des vocabulaires de jazz anciens et nouveaux. Alors qu’il était encore avec Davis, Holland a donné des concerts et enregistré avec d’autres musiciens, notamment le Thad Jones/Mel Lewis Orchestra, Chick Corea et Joe Henderson.

Holland quitte l’emploi de Davis en 1970 et cofonde immédiatement Circle, un quartet de free-jazz influent mais éphémère, avec Corea, Anthony Braxton et Barry Altschul. Après la dissolution de Circle à la fin de l’année 71, Holland se retrouve dans des groupes dirigés par des gens comme Stan Getz, Thelonious Monk et Braxton, et entame une relation durable avec le saxophoniste et chef de groupe Sam Rivers.

En 1972, Holland s’installe dans le nord de l’État de New York et commence à enregistrer sous son propre nom, entamant une association de longue date avec le label ECM basé à Munich. C’est pendant cette période de rétablissement qu’il commence à participer au Creative Music Studio du vibraphoniste Karl Berger et qu’il cofonde le Gateway Trio avec John Abercrombie et Jack DeJohnette. Holland rejoint ensuite le groupe de Betty Carter pendant un an et participe en tant que sideman à de nombreux projets d’enregistrement auxquels participent la chanteuse et guitariste de blues Bonnie Raitt, la chanteuse Maria Muldaur et les poids lourds du bluegrass John Hartford, Norman Blake et Vassar Clements. En 77, Holland a commencé à donner des concerts de basse en solo, ce qui a donné lieu à l’album studio Emerald Tears, qu’il a suivi avec l’enregistrement de Life Cycle au violoncelle en 83.

Au début des années 80, Holland se lance pour la première fois dans la création de son propre groupe. Le Dave Holland Quintet est composé du saxophoniste alto Steve Coleman, du trompettiste Kenny Wheeler, du tromboniste Julian Priester et du batteur Steve Ellington. Leurs débuts en 1984 ont été bien accueillis par la critique et ont marqué le début d’une longue série de groupes qui ont varié dans leur approche musicale – de petites formations se concentrant sur de longues improvisations, de plus grands ensembles s’occupant d’arrangements complexes – et ont évolué avec les nouveaux arrivants, comme le batteur Marvin « Smitty » Smith et le guitariste Kevin Eubanks, qui ont tous fait partie du cercle créatif de Holland.

En 1990, Holland a lancé Extensions, un album en quartet avec Kevin Eubanks, Coleman et Smith, qui a été élu album de l’année par le magazine Downbeat. Un an plus tard, la même semaine, il enregistre World Trio, avec Eubanks à la guitare acoustique et le percussionniste Mino Cinelu, et Phase Space, un album en duo avec Steve Coleman. Ces albums sont suivis en 93 par le troisième album solo de Holland, Ones All (World Trio et Ones All sont tous deux sortis sur le label Intuition).

En 1997, le Dave Holland Quintet comprend un mélange de jeunes musiciens et de vétérans, avec le vibraphoniste Steve Nelson et le tromboniste Robin Eubanks (le frère de Kevin) aux côtés du saxophoniste Chris Potter et du batteur Billy Kilson (et plus tard Nate Smith). Bien que la plupart de ses choix créatifs en tant que chef d’orchestre soient le résultat du feeling et de l’intuition, Holland admet une décision consciente lorsqu’il s’agit de combiner des musiciens de différents niveaux d’expérience. « Je suis un employeur qui respecte l’égalité des chances. Je ne pense pas à ce qui a trait au sexe, à la race ou à l’âge. C’est la musique qui m’intéresse. J’écoute la musique avec mes oreilles, mais en même temps, je suis aussi conscient du fait qu’il est très important qu’il y ait un contact intergénérationnel dans la musique. Les musiciens plus âgés doivent jouer avec les plus jeunes et vice-versa, afin que nous ayons la possibilité de faire se croiser nos influences et nos origines. C’est ainsi que la musique grandit et se développe. »

Dans les années 1990, le désir de Holland de se concentrer sur ses talents de compositeur et d’arrangeur a conduit à la formation du Dave Holland Big Band, un groupe qui lui a permis de remporter deux Grammy Awards pour le meilleur grand ensemble de jazz. À peu près à la même époque, il en a obtenu un troisième pour un quintet de stars avec ses anciens collègues Burton, Corea, Pat Metheny et Roy Haynes. Au cours des années 90, Holland a également revisité un certain nombre de collaborations historiques, notamment le Gateway Trio et le travail avec Herbie Hancock. Dans les années 2000, Holland a élargi son champ d’action à de nouvelles collaborations : le quartet  » ScoLoHoFo « , au nom comique, avec Joe Lovano, John Scofield et Al Foster, ainsi qu’un duo avec Jim Hall.

En 2003, Holland quitte ECM et crée son propre label, Dare2 Records, sur lequel il a publié presque tous ses enregistrements récents. En 2005, Dare2 a lancé Overtime, un projet pour big band comprenant de la musique commandée par le Monterey Jazz Festival. Un an plus tard, Critical Mass mettait en vedette son Quintet (le premier avec Nate Smith), et Pass It On en 2008, un sextet interprétant des arrangements dans un style mini big band (avec, entre autres, Robin Eubanks, le pianiste Mulgrew Miller, le batteur Eric Harland).

En 2010, Holland a sorti deux enregistrements : l’album live Pathways en octuor, et Hands, un duo avec le guitariste flamenco Pepe Habichuela. En 2013, Holland a creusé plus profondément dans ses racines de fusion, dévoilant son quartet Prism avec Harland, Kevin Eubanks, et le claviériste Craig Taborn ; et un an plus tard, Holland a fait équipe avec le pianiste et ami de longue date Kenny Barron pour enregistrer The Art Of Conversation pour le label Blue Note.

Le rythme remarquable auquel Holland dirige ou collabore à des projets nouveaux et passionnants prouve qu’il n’a pas l’intention de réduire la portée ou la fréquence de son élan créatif. La composition de ses groupes montre qu’il est toujours à l’écoute et qu’il sait reconnaître les nouveaux talents qui le méritent, et que nombreux sont les musiciens qui sont heureux de se produire ou d’enregistrer avec lui. Alors que Holland s’apprête à fêter ses 70 ans, il joue actuellement avec un nouveau groupe, le quartet Aziza, cofondé avec Harland, le saxophoniste Chris Potter et le guitariste Lionel Loueke.

En tant que leader et collaborateur, Holland continue à faire des tournées dans le monde entier et il n’est pas surprenant qu’il ait servi et serve encore la musique dans un rôle éducatif, ayant travaillé dans les années 1980 comme directeur artistique du programme d’été de jazz du Banff Centre (Canada), et comme membre de la faculté pendant deux ans au New England Conservatory of Music dans les années 1990, où il sert encore comme artiste en résidence (comme il le fait à la Royal Academy of Music). Il a également été élu membre de la Guildhall School – son alma mater – et a reçu des doctorats honorifiques du Conservatoire de Birmingham (Royaume-Uni), du Berklee College of Music et du New England Conservatory.

Plus récemment, il a été nommé membre honoraire de la Royal Academy of Music (Royaume-Uni) – un honneur rare, car seuls 300 musiciens vivants peuvent en être membres – et il a été nommé Jazz Master 2017 par le National Endowment for the Arts.

Au fil des ans et d’innombrables expériences musicales, Holland en est venu à définir sa raison d’être en tant que musicien – et il l’exprime bien : « J’essaie de créer une musique qui existe à plusieurs niveaux, comme des éléments plus simples à côté d’éléments plus complexes. Pour moi, beaucoup de grands arts, qu’ils soient visuels, musicaux ou écrits, ont la capacité de faire ces choses – d’offrir des vérités fondamentales qui font écho chez les gens, mais en même temps, de les introduire dans une nouvelle façon de regarder ces fondamentaux qui leur donne une perspective un peu différente…

« C’est la condition humaine : la joie, la solitude, l’amour, la compagnie, la communion et l’espoir. Les choses par lesquelles nous vivons. Les éléments fondamentaux qui font de nous ce que nous sommes en tant qu’êtres humains. Ils transcendent le genre, la race et tout le reste. Plus je voyage, plus je comprends qu’au fond, tout le monde est pareil… les orientations culturelles peuvent être différentes, mais les vérités fondamentales qui régissent les gens sont toujours les mêmes. Il s’agit de leur famille, de leur amour, de leur éducation, de leur désir d’appartenance et de leur désir d’espoir. »

Réduire

Agenda Concert

Disponibilité

  • Dave Holland Trio avec Kevin Eubanks (guitare) et Obed Calvaire (batterie) en Mars 2022 et en Octobre 2022

Vidéo

Galerie

Concerts